Valence

Port et côte valencienne (4)

La 3e plus grande ville d’Espagne et capitale de la communauté autonome valencienne se situe au Sud de la Catalogue, à l’Est de l’Espagne sur la côte méditerranéenne et face aux Iles Baléares. On y parle castillan (60%) et valencien (40% ; une variante du catalan), c’est pourquoi les panneaux sont écrits dans les deux langues.

La ville a beaucoup à offrir et pour tous les goûts ! Il est possible de se procurer un plan de la ville à l’aéroport ou aux points Infos. Pour rejoindre le centre depuis l’aéroport, il faut soit prendre le bus 150 (1.45€) devant l’aéroport (attention les arrêts ne sont pas indiqués dans le bus), soit les métros 3 et 5 (15 min ; 5€).

Pour se déplacer dans Valence, il est possible de louer des vélos (l’idéal je pense) ou de prendre les transports en commun en dehors de la vieille ville. Sinon, on peut évidemment marcher !

Vieille ville / Ciutat vella

WP_20170711_14_54_38_Pro (2)

C’est un vrai labyrinthe avec toutes ces petites ruelles. Un conseil pour se repérer : Grâce aux trois grandes places au centre de la vieille ville : Plaza de la virgen ; plaza de la reine ; plaza del ayuntamiento. J’aime beaucoup me « perdre » dans une ville à mon arrivée (une fois que je me suis délestée de mes bagages !) car on a souvent de bonnes surprises quand on n’a pas les yeux rivés sur une carte ;).

Visite de la cathédrale : L’entrée est payante alors autant profiter des nombreuses messes pour y pénétrer (aucun risque de déranger car elles ont lieu sur le côté). Elle est censée détenir le vrai Saint Graal. Elle a été construite sur 5 siècles (XIII – XVIII) d’où une architecture composée de style roman, baroque et néoclassique. Jetez un œil aux gargouilles, certaines peuvent surprendre ;).

WP_20170711_14_53_12_Pro

Montée au Micalet : 2€ pour avoir une vue panoramique sur la ville. Attention ça grimpe ! Dommage qu’il y ait des grillages de protection. J’y étais au moment où les cloches ont sonné et croyez moi j’étais heureuse qu’il ne soit que 15h!

Visite de la Llotja de la Seda : Déclaré Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 1996, cet édifice de style gothique construit comme si il s’agissait d’une cathédrale avait en réalité une utilisation civile : Justice maritime et activités commerciales. L’entrée est gratuite le dimanche de 10h à 14h. Là aussi, il faut prêter attention aux gargouilles!

La llotja de mercaders (4)

Mercat central : Idéal pour goûter aux spécialités valenciennes telles qu’une horchata accompagnée d’un fartons.

Place de l’hôtel de ville

Hôtel de ville

Gare du Nord et arène : cette dernière est inspirée du Colisée romain. On peut assister à des cirques ou à des concerts. La tauromachie n’est pas aussi enracinée ici que dans d’autres villes espagnoles mais elle reste importante. Les meilleures périodes pour y assister sont les Fallas et la Feria où les tauréadors viennent faire leur démonstration.

Palais du marquis de Dos Aguas (musée de la céramique) : Rien que pour sa façade

Musée de la céramique

Tours de Serranos : Elles ont servi de prison et à conserver des œuvres pendant la dictature de Franco.

Tour de Serrans

On se retrouve ensuite dans le jardin de Turia.

La colonie romaine fondatrice de la ville, venue s’installer ici pour leur retraite, naquit sur une île fluviale plus adaptée aux cultures maraichères qu’au commerce maritime (d’où l’éloignement  de la ville par rapport aux côtes). Les Romains créèrent un petit port sur le fleuve, à l’emplacement actuel des Tours de Serranos afin d’atteindre la côte. Cette position géographique offrait des avantages tels qu’une protection naturelle pour la population et des cultures maraichères mais également des inconvénients car son débit était irrégulier ce qui causait des inondations. C’est pourquoi, après les inondations meurtrières d’octobre 1957, la ville décida de détourner le fleuve vers le Sud. C’est ainsi qu’un espace vert de 9 km de long et 150m de large a pu voir le jour pour le plus grand bonheur des grands et des petits qui jouissent désormais d’infrastructures et d’aires de jeux pour leurs loisirs. À l’extrémité Ouest se trouve le parc de Cabecera où il est possible de faire du pédalo sur le lac ainsi que le zoo de la ville tandis qu’à l’extrémité Est se trouve la Cité des Arts et des Sciences où le coucher de soleil est magnifique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vamos a la playa : on trouve des restaurants et des magasins le long du remblais. Les plages sont équipées de sanitaires et de douches ainsi que de nombreuses poubelles (comme partout dans la ville). L’eau de la Méditerranéen se passe de commentaires quand tu vis au bord de l’Atlantique ! Pour éviter les coups de soleil, n’oubliez pas la crème solaire et baignez vous plutôt le matin ou en soirée.

Albufera : 1h en bus depuis le centre (bus 25)

El Palmar :

  • tour en barque

  • admirer les étendues de rizières

  • déguster une paella

Rien d’étonnant à ce que la paella ait vu le jour ici au XIXe siècle puisque la région compte une grande étendue de rizières. Le riz a été introduit dans la région par les Arabes au XIIe siècle . La région produit 30% du riz espagnol. A savoir que la vraie paella ne mélange pas la viande et les fruits de mer.

El Saler pour la baignade

J’ai passé un très bon séjour à Valence. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant à voir. Je savais que le fleuve avait été transformé en parc mais je ne m’attendais pas à de tels aménagements ni à rencontrer autant de coureurs ! Je recommande donc de rester un long week-end pour vraiment en profiter.

 

Publicités

2 commentaires sur “Valence

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :