La Petite Pologne (Cracovie, Auschwitz et Zakopane)

Si on omet ma petite escapade à la frontière germano-polonaise lorsque j’étais à Francfort/Oder, ce fut mon premier séjour en Pologne. J’ai retrouvé mes parents à Cracovie d’où nous sommes allés randonner dans les Carpates, visiter les camps d’Auschwitz-Birkenau et Czestochowa puis j’ai passé le weekend à Wroclaw (ici pour lire l’article https://sacadosetcarteenmain.wordpress.com/2018/05/18/pologne-part-ii-wroclaw/). Bref, une semaine riche en émotions et découvertes.

Le polonais ressemblant un peu au slovaque, j’ai pu pratiquer les quelques bases que j’ai acquises en langue slave. Certains mots restent tout de même difficilement prononçables ! Ils doivent en gagner des points au scrabble avec tous leurs mots en “z” ou “w” !!! Toutefois, certains Polonais maîtrisent l’anglais.

J’ai trouvé les Polonais très gentils et les villes polonaises très vertes et jolies. J’avais faussement l’idée de vieux bâtiments communistes … comme quoi c’est important de venir sur place pour démentir les clichés ! En dehors des villes, je n’ai pu que constater que la Pologne était en travaux (merci les fonds européens), ce qui en soi est un signe de modernisation. Il faut donc prendre son mal en patience aussi bien sur les routes que sur les rails. J’ai été déçue de voir autant de publicités aux abords des routes ! En effet, les champs sont parsemés d’immenses panneaux publicitaires promouvant notamment la chirurgie plastique.

A savoir qu’actuellement 1€ = environ 4 PLN (zloty polonais).

Cracovie / Krakow

La ville se visite sur un ou deux jours.

Le marché couvert et la Basilique

La place la plus connue est Rynek (ou place du marché). On y trouve le marché aux draps, un marché couvert où l’on peut désormais acheter des souvenirs tels que des dragons (symbole de la ville – explications ci-après) ou des bijoux en ambre. A côté se trouvent la tour de l’ancien hôtel de ville et la basilique Sainte Marie. Toutes les heures, un musicien annonce la nouvelle heure. Cette place de 200 m de long est entourée de nombreux bars et restaurants.

WP_20180508_09_45_34_Pro (3)

L’ancien hôtel de ville

Le château de Wawel et sa cathédrale : pour avoir une vue sur le fleuve Vistule ainsi que l’autre rive, il est possible de longer les remparts. Aux pieds du château, côté fleuve, se trouve une statue de dragon (attention aux grimpeurs, il crache du feu !). La légende parle d’un dragon, habitant une grotte située aux pieds de la colline du château, qui terrorisait les habitants de la ville, gouvernée alors par Krak. Ceux-ci étaient obligés de lui faire des offrandes en bétail, mais selon certaines variantes de la légende, le monstre ne dévorait que des jeunes vierges. Les chevaliers ne parvenaient pas à le vaincre : cet honneur échut au cordonnier Skuba. Après avoir fourré de soufre une peau de mouton, il la laissa devant l’antre du dragon. Le monstre ne se rendit pas compte du piège et dévora ce qu’il croyait être un mouton. La gorge brûlée, sentant des douleurs atroces, il se mit à boire l’eau de la Vistule et finit par éclater. Une grande liesse s’empara des habitants de la ville, et le cordonnier héroïque fut abondamment récompensé. La sculpture qui se trouve au bord de la Vistule, aux pieds du château, œuvre de Bronisław Chromy, commémore cette victoire légendaire [http://krakow.travel/fr/artykul/115/lgende-de-dragon-du-wawel]. Du château il est possible de rejoindre le quartier juif en longeant le fleuve. Personnellement, j’ai pas trouvé l’aménagement des rives des plus jolis. Toutefois, un peu plus loin, les habitants et touristes profitent du beau temps sur l’herbe et les bateaux.

Le Vistule et la cathédrale

Le quartier juif compte de nombreuses synagogues dont la plus vieille d’Europe. Sur l’autre rive, on peut visiter l’usine de Schindler (un industriel allemand qui a sauvé des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale en les employant) qui est désormais un musée dont l’exposition permanente porte sur Cracovie pendant l’occupation nazie.

La ville se visite facilement à pieds mais pour les moins courageux, des voitures électriques sont à disposition. On peut également faire le tour en calèche. Sans être une fervente défenseure de la cause animale, je ne le recommande pas pour le bien-être des chevaux qui passent la journée sur du pavé en plein soleil !

Zakopane

WP_20180509_13_21_53_Pro

Hala Kondratowa

Située à 100 km de Cracovie, on a mis 2h45 (au lieu de 2h15 à cause de travaux) pour la rejoindre en bus (40 PLN A/R). Pour moi, l’intérêt était ensuite d’aller randonner dans les Carpates (côté polonais cette fois). Pour ce faire, on peut marcher jusqu’à Kuznice (environ 30 min) ou prendre un minibus pour 3 PLN. L’entrée du parc coûte 5 PLN (2.5 en tarif réduit). De là nous avons marché une petite heure jusqu’à Hala Kondratowa (1341 m alt) où nous avons ensuite pique-niqué en admirant la vue sur les montagnes encore enneigées. Le trajet est bien balisé. Attention aux nombreuses pierres souvent humides. Nous n’en avons pas croisé mais il y a des ours dans le parc (en liberté cela va de soi). Le retour se fait un peu plus rapidement. On a peut être été malchanceux néanmoins on n’a pas pu acheter nos billets retour au guichet à Zakopane. Prévoir donc du change pour payer directement le chauffeur.

Auschwitz-Birkenau

On ne peut pas visiter Cracovie sans aller voir les camps d’Auschwitz-Birkenau. Je pense qu’il est de notre devoir de rendre hommage aux victimes de l’horreur nazie. Pour ma part, je pense que j’étais plutôt bien préparée pour cette visite. J’ai déjà visité les camps de Sachsenhausen (Nord de Berlin) et Dachau (près de Munich) et beaucoup lu sur le sujet.

Nous avons pris le train de Cracovie jusqu’à Oswiecim (ville où se trouve les camps). Le trajet coûte 9 PLN pour 1h40 de trajet (voire un peu plus car là aussi il y a des travaux). Pour rejoindre le musée à pieds, il faut compter 15-20 min. Il est également possible d’y aller en bus depuis Cracovie.

WP_20180510_15_20_13_Pro

Camp de Birkenau

Nous avons choisi la visite guidée en français (possible en différentes langues) qui coûte 50 PLN pour 3h30 de visite (voire plus car il faut compter la navette entre les deux camps éloignés de 3 km). Le nombre de places étant limité, il est préférable de réserver à l’avance sur le site internet (https://visit.auschwitz.org/). A noter que les toilettes sont payants (2 PLN) et que seulement les petits sacs sont acceptés dans les camps (4 PLN pour la consigne).

J’ai apprécié la visite même si je me suis sentie mal au début à force d’écouter la guide debout sous le soleil. J’ai pas l’impression d’avoir appris de nouvelles choses mais ai eu un petit rappel sur certaines et je n’imaginais pas forcément les camps de cette façon. Désormais je peux mieux visualiser. 

Du côté d’Auschwitz, on visite des bâtiments par thématique tandis que du côté de Birkenau, on reste en extérieur hormis la visite d’une baraque de femmes. Beaucoup de bâtiments ont été détruits au départ des nazis du côté de Birkenau et d’autres se détériorent (ce qui est fort dommage pour les futures générations qui ne pourront probablement plus visiter les lieux). 

Dans le prochain article, je vous présenterai mon coup de cœur polonais : Wroclaw :).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :