Florian (Erasmus en Italie)

Florian (28 ans) nous raconte son Erasmus entre 2012 et 2013 dans le cadre de ses études en Langues Etrangères Appliquées.

1/ Où es tu parti en échange universitaire ? As tu choisi la destination ou était ce le fruit du hasard ? Peux tu nous présenter ta ville d’adoption ?

Je suis parti à Trieste, dans l’Est de l’Italie pendant un an. J’ai choisi la destination un peu au hasard, je ne connaissais rien à l’Italie, je n’y étais même jamais allé auparavant. Je voulais simplement apprendre l’italien et pouvoir voyager un peu dans le nord de l’Italie.

Trieste est une très jolie ville, en bord de mer. La ville a tout du charme à l’italienne : la mer, les montagnes, de vieux quartiers qui nous plongent dans l’ambiance des films italiens…

2/ As tu eu l’occasion de visiter d’autres endroits pendant cet échange et/ou de participer à des événements culturels locaux ? Si oui, racontes nous.

J’ai pu visiter plusieurs villes du Nord de l’Italie, à commencer par Venise ! J’ai aussi pu aller à Vérone et à Milan pour y voir une amie qui y travaillait comme jeune fille au pair.

3/ D’après toi, faut-il partir avec un bon niveau dans la langue du pays ?

Je partais avec seulement les bases apprises pendant ma licence, autant dire que je ne savais pas communiquer en arrivant là-bas ! Par chance, l’italien s’apprend assez facilement et on peut vite s’y retrouver, d’autant plus qu’il y avait beaucoup d’autres étudiants étrangers.

4/ As tu trouvé le système éducatif de ton pays d’accueil différent de celui de la France ? Si oui, peux tu donner quelques exemples ?

J’ai pu aller dans plusieurs facultés différentes dans la ville : celle d’économie, de langues et lettres, et surtout celle d’interprétation, assez connue en Italie. Le système change seulement un peu, puisqu’il faut obtenir au minimum 18/30 pour valider un examen, mais on peut le repasser en cas d’échec.

5/ Ton année à l’étranger a t’elle été un plus pour la suite de tes études et/ou ta recherche d’emploi ?

Cette année m’a permis d’apprendre à parler correctement italien et de pouvoir continuer en master LEA. 

6/ As tu facilement sympathiser avec les locaux ou d’autres étudiants ?

Je suis d’un naturel assez timide et le début a été particulièrement difficile avec les locaux, et surtout avec mon colocataire avec qui je ne m’entendais pas du tout. C’est pourquoi, à mon arrivée, je traînais avec d’autres étudiants Français et avec des Italiens qui parlaient français. J’ai mis quelque temps à vraiment m’adapter et à pouvoir sortir avec des italophones.

Merci à Florian pour ce témoignage. A savoir qu’il a également fait un stage en Belgique et a accepté de partager cette seconde expérience à l’étranger dans un autre article https://sacadosetcarteenmain.wordpress.com/2018/08/07/florian-stage-en-belgique/ =).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :