Passage à l’acte : partie 1

Avant je pensais que les politiques (locales, nationales, européennes et internationales) avaient non seulement le pouvoir mais aussi le devoir de changer les choses, de « forcer » les gens à adopter un comportement plus éco-responsable envers notre planète et ses ressources. Mais j’étais naïve car ils n’ont pas ce seul enjeu à gérer voire n’ont font pas leur priorité. De toute manière, même si c’est dans la loi, tous ne la respecteront pas. En effet, il vaut mieux que ce soit une volonté des citoyens pour que ce soit efficace. J’ai donc réalisé que certes, je n’étais qu’une goutte d’eau sur Terre mais que le changement passait d’abord par chacun d’entre nous alors pourquoi attendre ?! Je veux changer ma façon de vivre et de consommer ? Qu’à cela ne tienne, je prends les choses en main !

2016 / 2017

Lorsque j’étais étudiante à Strasbourg, j’ai décidé de franchir le pas et de m’attaquer à mes déchets. Certes, je triais mais je me suis dit que ne pas avoir de déchets (ou du moins, les limiter au maximum) serait encore mieux ! Je suis donc allée dans mon supermarché habituel dans l’optique de ne rien acheter de suremballé. Ce fut un échec total. Je suis ressortie les mains vides et déprimée par l’ampleur de la tâche. Je me suis alors posée pour réfléchir au problème.

Le supermarché n’est pas le seul endroit où je peux trouver de l’alimentaire, je me suis donc tournée vers le marché. En plus, je pouvais ainsi consommer local, souvent bio et surtout sans emballage (à condition de venir équipée) ! Une petite victoire. Oui, mais le marché n’est pas à disposition, il y a des horaires et des jours précis. Cela demande donc un peu d’organisation ! Heureusement, mon emploi du temps me permettait d’aller faire mon marché.

J’avais donc mes fruits et légumes sans emballages mais je ne pouvais pas me nourrir exclusivement de ça non plus. J’ai fini par trouver une épicerie en vrac dans le centre-ville. Un jour, j’ai donc pris mes bocaux et suis allée faire mes petites courses pour acheter du riz et des pâtes notamment. Je ne savais pas comment faire pour peser mes bocaux et je me sentais un peu bête dans le magasin avec mes bocaux dont la taille n’était pas toujours adaptée aux aliments que je choisissais. Heureusement, la propriétaire du magasin était à disposition. Je n’ai cependant pas renouvelé l’opération car le magasin n’était pas à proximité et que ce n’était pas pratique pour moi. J’ai donc continué à acheter au supermarché mais en achetant le moins de plastique possible. J’achetais donc mes aliments soit dans des bocaux en verre, soit dans du carton (matières qui se recyclent mieux et plus) et je privilégiais les grandes quantités (à partir du moment où l’aliment se conservait longtemps bien sûr).

Début, 2017, mon Université a organisé la semaine « Fac verte » et j’ai découvert les paniers légumes ! Il s’agit d’un partenariat entre une ferme proche de la ville et une association étudiante qui permet de recevoir chaque semaine un panier de légumes de saison. Il était aussi possible de recevoir des œufs, du pain et des fruits. Je me suis engagée sur 12 semaines et je payais 6 euros par panier (plus l’engagement est long, moins cher est le panier). Si j’étais en vacances, il me suffisait de prévenir et je n’avais pas de panier (donc en réalité, c’était plutôt 12 paniers reçus de façon hebdomadaire). Toutes les semaines, je recevais également un mail avec le contenu du panier et des idées de recettes. La quantité de légumes me suffisait pour la semaine. J’ai ensuite appris que plusieurs établissements de la ville avaient un partenariat de ce type (donc pas besoin d’être étudiant pour en profiter !).

Durant cette année, j’en ai également profité pour visiter l’Est de la France mais aussi l’Allemagne et le Luxembourg. Généralement, je me déplaçais avec la compagnie de bus Flixbus. Celle-ci a une option qui permet de compenser ses émissions de CO2 (via l’association Atmosfair).

J’ai découvert l’antenne strasbourgeoise de l’Association Conscience et Impact Ecologique et un jour, ils ont organisé un nettoyage dans la ville. J’ai été étonnée non seulement par la quantité mais aussi la diversité des déchets que nous avons ramassés (sur une distance très courte qui plus est !). J’ai particulièrement été agacée par le nombre de mégots de cigarettes retrouvés. 

Après mes études, je suis rentrée passer l’été chez mes parents et je n’ai plus beaucoup cuisiné ni fait les courses. Ensuite, je suis partie en Slovaquie et j’ai dû me créer de nouvelles habitudes.

2017 / 2018

En Slovaquie, ils ne donnent pas de sacs plastiques mais ils en vendent à la caisse et c’est pas inhabituel de voir les clients en prendre. En France, on a l’habitude, depuis une décennie maintenant, de venir avec nos propres sacs, c’est pourquoi je pensais toujours à emmener mon sac à dos pour faire mes courses. Dans le village où j’habitais, il y avait plusieurs supérettes mais le choix des fruits et légumes restait limité. C’était donc difficile de manger local ET varié. J’essayais toutefois de consommer les produits des pays frontaliers.

J’ai passé l’année à tenter d’utiliser le moins possible de sachets plastiques pour mettre mes œufs, mon pain, mes fruits et légumes mais je ne pouvais pas échanger avec les employés pour parler de ma démarche zéro déchet. Sur ce point, je pense que j’aurais pu tenter plus tôt de ne pas prendre de sachets et voir leur réaction. Je l’ai fait vers la fin et ça n’a pas eu l’air de poser problème. J’ai également passé l’année à répéter à mes colocs de partir au supermarché avec leur sac mais ça a mis du temps à devenir un réflexe !

Nous triions nos déchets mais une fois, j’ai vu le camion des ordures passer et j’ai eu l’impression que toutes les poubelles finissaient dans la même benne ! Cette année a également été l’occasion de devenir végétarienne à 98 % (j’ai dû manger quatre ou cinq fois du poisson durant l’année).

J’étais sur la bonne voie mais le chemin est encore long.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :