Amandine (BTS à La Réunion)

1/ Présentation

Amandine a 18 ans et après une Terminale STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués), elle a décidé de poursuivre ses études en faisant un BTS Design Mode.

4

2/ Où partir étudier ?

Quand Amandine a vu que le BTS qu’elle souhaitait faire était proposé à La Réunion, elle a voulu postuler mais ses parents ont refusé catégoriquement. Ils trouvaient leur fille trop jeune et pas assez responsable pour partir étudier si loin de chez eux. Elle a donc abandonné le projet de candidature à La Réunion pour postuler à tous les autres BTS Design Mode qui existaient en France métropolitaine.

Pour rajouter quelques difficultés, il faut également mentionner la réforme du Parcours Sup ainsi que celle dans le domaine des arts. Les deux combinés, malgré un excellent dossier, elle s’est retrouvée avec beaucoup de refus.

A l’été 2018, elle n’avait pas été admise dans les écoles de son choix mais à Cholet. La ville ne l’attirait pas beaucoup mais elle la gardait sous le coude. Elle avait également été mise sur liste d’attente à Marseille mais est restée sans nouvelle pendant un mois.

Elle commençait à désespérer et se renseignait même pour être au pair jusqu’à ce qu’elle voie qu’il restait des places à La Réunion. Malgré la désapprobation de ses parents, elle décide d’envoyer sa candidature mi-juillet mais reste sans réponse pendant un mois pour cause de vacances scolaires. Finalement l’école accepte sa candidature mais lui donne 48h pour répondre car les cours débutent le 20 août à La Réunion.

Deux problèmes se posent alors. Le premier, c’est que la rentrée en France métropolitaine étant début septembre, elle avait prévu des vacances en Grèce avec sa meilleure amie pour fêter leur anniversaire. Le second, c’est que ses parents sont actuellement en vacances et ne sont toujours pas prêts à la laisser partir. Prenant un problème à la fois, elle discute longuement avec ses parents qu’elle finit par convaincre puis le lendemain, elle appelle l’école pour différer sa rentrée de trois semaines et par chance, ils acceptent.

Elle devait rentrer le 1 septembre de Grèce et atterrir à Lyon puis récupérer sa valise le soir et faire ses adieux à ses parents avant d’aller passer la nuit chez une copine à Paris et décoller le lendemain pour La Réunion. ça c’était le plan … sauf que son premier avion a eu 27h de retard ! Elle n’a donc pas pu revoir ses parents, ce qui a été assez dur pour elle. Heureusement, le copain de sa sœur a pu lui apporter sa valise dans la nuit et la suite du périple s’est bien déroulée.

Avec le recul, elle dit que certes la décision de partir étudier à La Réunion a été impulsive mais elle n’a aucun regret car c’est vraiment ce qu’elle voulait faire. Elle admet que c’est compliqué de prendre une décision concernant son avenir aussi rapidement mais elle conseille de suivre son instinct et d’y croire. Au pire, si ça marche pas, on trouve des solutions ensuite mais il faut d’abord essayer ! Et elle a eu raison de le faire. Elle ne regrette pas non plus d’être allée à l’encontre de ce que ses parents voulaient pour elle, parfois les seuls qui savent vraiment sont les concernés.

2

3/ Début d’une nouvelle vie étudiante

Amandine est donc arrivée le 3 septembre à La Réunion.  Elle a d’abord logé dans un air BNB pendant quelques jours puis en discutant avec un gars de sa classe, elle a pu intégrer sa coloc. Elle vit donc à côté de Saint Pierre au Sud de l’île. Elle trouve la ville très accueillante et pleine de diversité puisque les gens sont de toute culture et religion. Elle note toutefois que malgré la diversité, les gens sont très tolérants et vivent bien ensemble contrairement à ce qu’on peut voir en métropole parfois. Elle termine en disant que la mer donne un côté idyllique au cadre mais qu’on ne doit pas oublier la chaleur et les moustiques !

Pour ceux qui l’ignorent, il y a deux saisons là-bas : l’été et l’hiver et elles sont inversées par rapport à la France métropolitaine puisque l’île de la Réunion se trouve dans l’hémisphère Sud.

Quand elle a débarqué, elle s’est directement retrouvée dans le bain car elle avait trois semaines de cours à rattraper. Elle a ensuite profité des deux semaines de vacances pour se reposer et est rentrée passer les fêtes de fin d’année dans sa famille. Avec tout cela, elle n’a pas eu beaucoup de temps pour se balader mais elle a été visiter St Pierre, St Gilles-Les-Bains et quelques plages du Sud.

La Réunion n’a pas été épargnée par la crise des Gilets Jaunes. Bien au contraire, les habitants de l’île se sont bien mobilisés. Il y a donc eu de sérieux problèmes de ravitaillements (alimentation, essence) car l’île importe beaucoup et que le port était bloqué. Les gens restaient chez eux au lieu d’aller travailler et les cours ont été suspendus deux semaines. Un couvre feu a même été instauré.  Il y avait également beaucoup de violences, de la casse et des voitures brûlées. Amandine s’est quant à elle retrouvée bloquée à St Gilles-Les-Bains pendant une semaine. La Ministre des Outre-Mer est venue sur l’île pour négocier et le calme est un peu revenu. Le mouvement continue mais l’île n’est plus paralysée.

4/ Apprentissage du créole

Lorsqu’elle est arrivée, les gens ont vu qu’elle avait l’air un peu perdu avec sa grosse valise et son backpack et lui ont donc proposé leur aide … en créole. Elle n’a rien compris !

Sur les 15 élèves de sa promo, presque la moitié est créole et à partir du moment où elle et d’autres élèves ont fait part de leur intérêt pour l’apprentissage de la langue créole, ils se sont mis à parler en créole et à traduire. Au bout de 6 mois, elle comprend très bien mais ne le parle toujours pas. Elle se rassure en se disant que certains locaux ne le parlent pas non plus car les parents ont toujours communiqué en français avec eux.

Il faut également ajouter que le créole se compose de différents dialectes selon les régions, ce qui complique davantage la maîtrise de cette langue.

5/ Le système éducatif sur l’île

Le système scolaire est identique à celui qu’on connait en métropole. Le calendrier scolaire est toutefois un peu différent. En effet, puisque la rentrée a lieu mi-août, les deux semaines de vacances d’été qu’ils ont en moins sont rajoutées aux vacances de Noël, leur donnant ainsi un mois de congés.

Avant de partir, on lui a souvent dit que le niveau général sur l’île serait plus bas qu’en métropole. Elle ne peut pas parler de façon générale mais dans sa formation, les profs s’investissent beaucoup pour que leur travail soit reconnu et au final le niveau s’en retrouve même meilleur. Quand elle compare avec des amis qui font ce BTS en France, elle se rend compte que ses projets sont beaucoup plus intéressants et aboutis. Par exemple, ils ont fait une collaboration avec une photographe subaquatique pour un shooting de leurs pièces de mode dans une piscine municipale et il va être exposé à plusieurs reprises pendant toute l’année.

Cela peut paraître évident pour certains mais il faut savoir que les bourses étudiantes (CROUS) existent également pour les DOMs.

3

6/ Rencontres avec les locaux

Une des personnes de sa colocation est Réunionnaise et comme dit précédemment, la moitié de sa promo est originaire de l’île donc elle a des contacts quotidiens avec des locaux. Malgré son absence de moyen de locomotion, elle arrive petit à petit à se faire des amis notamment parce que les locaux sont très accueillants.     

7/ Protection de l’environnement sur l’île

Les quelques plages qu’elle a visitées étaient propres mais elle affirme que c’est lié aux restaurants qui bordent la plage. En effet, ce serait assez mal vu par les touristes de voir une abondance de déchets. Toutefois, il ne faut pas généraliser. Elle a également été nettoyer une plage qui était recouverte de déchets. Elle recommande d’ailleurs de faire cette expérience au moins une fois dans sa vie, vous serez apparemment surpris de tous ce que vous allez trouver.

Elle a constaté que le tri des déchets n’était pas très bien fait et a croisé à plusieurs reprises des décharges sauvages.

8/ Vie quotidienne 

Transport : elle utilise le bus pour se déplacer bien que le réseau ne soit pas très bien organisé. A savoir que l’abonnement étudiant est à 50€ par an pour presque tous les bus de l’île, ce qui est très rentable ! Blablacar n’existe pas sur l’île. Sinon, le stop marche plus ou moins bien mais il faut rester vigilant par rapport aux conducteurs. Elle ne recommande pas le vélo vu la géographie de l’île.

Nourriture : la nourriture est plus chère qu’en métropole car elle est importée mais cela ne concerne pas les fruits et légumes qui sont locaux, évidemment.

1

9/ Une anecdote à raconter ?

Elle en a même deux !

Première anecdote : Elle n’a décidément pas de chance avec les avions comme elle me l’a racontée à propos de son retour en France pour Noël le 24 décembre ! Son avion décollant vers 12h, elle a quitté son logement vers 6h30. L’aéroport se trouve à St Denis, c’est-à-dire à l’opposé d’où elle vit mais elle a estimé que l’île étant « petite », ça suffirait. Mais c’était sans compter sur les bus qui ne sont pas très fiables. Son premier bus a eu beaucoup de retard donc elle a raté sa correspondance qui devait la conduire directement à l’aéroport. Elle a donc attendu une demi-heure un bus qui l’a conduit dans la ville de St Denis sauf que celui-ci n’était pas du tout direct et s’arrêtait à tous les arrêts sur la côte (pas moyen de traverser l’île par le centre à cause des montagnes).

Elle est arrivée à St Denis à l’heure de son embarquement, a sauté dans un taxi pour l’aéroport mais a finalement raté son avion. Pour rajouter à tout ça, le fait de ne pas se présenter à un vol aller annule le vol retour donc elle perdait ses deux billets. A savoir qu’une des conditions pour que ses parents la laissent partir, c’est qu’elle se paie elle-même ses billets d’avion. Sachant qu’elle avait déjà payé presque 800€, elle n’était pas en mesure de reprendre des billets. Elle se voyait déjà passer le réveillon seule mais heureusement, sa famille lui a finalement offert le billet pour rentrer. Elle en profite pour les remercier de leur soutien aussi bien émotionnel que financier.

Elle retient comme leçon de mieux s’organiser la prochaine fois voire de dormir la veille sur place !

Seconde anecdote : Deux jours après son arrivée sur l’île, elle fêtait ses 18 ans ! C’est assez déprimant de le fêter seule mais elle ne connaissait personne. Heureusement, les choses ne se passent pas toujours comme prévues ! Elle a sympathisé à l’aéroport avec un gars qui venait passer ses vacances ici et ils ont pris le même bus pour sa ville. Pendant le trajet, ils ont discuté et c’est comme ça qu’il a appris que son anniversaire était proche. Il l’a donc recontactée le jour J en lui proposant de faire ce qu’elle souhaitait. Elle trouvait bête d’acheter un gros gâteau à deux donc elle a opté pour des petites pâtisseries qu’ils ont mangé face à l’océan en discutant toute la soirée. Elle a donc pu passer un anniversaire mémorable et remercie cet homme pour cette superbe attention.

Elle n’oublie pas ses quelques mésaventures et conseille de toujours rester sur ses gardes mais sans oublier qu’il y a des gens bienveillants partout qui vous tendent la main. Il faut parfois saisir ce genre d’occasion.

9/ Un conseil à partager ?

Son conseil est de suivre ses envies et de ne pas rester bloqué sur quelque chose qui vous déplaît. Elle devait partir étudier à Cholet, avait déjà un appart et tout était prêt mais elle savait que ça ne lui convenait pas. Selon elle, il ne faut pas hésiter à tout plaquer, ne pas écouter ce que les autres pensent qu’il serait bien que vous fassiez et faire ce que vous avez envie de faire. Elle rappelle que le fait d’être jeune ne signifie pas qu’on ne sait pas ce qui est bien pour nous. Elle n’a vraiment aucun regret sur la destination ou le choix de ses études. Elle conclut en disant qu’il faut croire en soi !

10/ What’s next ?

Pendant les vacances de février, elle a pour projet de partir explorer l’île, de profiter de ses beaux paysages et de faire de la rando. Sa sœur va également venir lui rendre visite et elles pourront ainsi louer une voiture pour se déplacer plus facilement. En août, une autre amie lui rendra visite pour partir en sac à dos !

Un grand merci à Amandine pour ce partage qui en inspirera plus d’un(e), j’en suis certaine ;).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :