Passage à l’acte : partie III

Le dernier article (passage à l’acte : partie II) remonte à novembre 2018 et depuis il s’en est passé des choses ! J’ai pas mal voyagé début 2019 puis je suis partie vivre en Allemagne.

C’est forcément plus difficile de garder ses bonnes habitudes en voyage mais pas impossible. Pour moi, le plus compliqué reste au niveau alimentaire car même si j’ai toujours avec moi mes sachets en coton et ma boîte lorsque je fais mes courses, je me retrouve quand même souvent avec des emballages. Je pense que je manque d’organisation sur ça. Je devrais notamment mieux me renseigner sur les magasins en vrac dans les lieux que je visite. Le projet d’Hortense et de Mathias, que j’ai découvert grâce au podcast Voyageurs de demain, m’a beaucoup inspiré sur ce sujet. Ce couple a décidé de voyager sans déchet sur le continent américain et de partir à la rencontre d’initiatives engagées (lien du podcast).

En Allemagne, j’ai vécu dans deux colocations. Tout d’abord à Tübingen, nous étions une vingtaine et il y avait une vraie volonté écologique. Le tri des déchets était respecté et nous récupérions des dons de nourriture, qui aurait dû être jetée, chaque semaine. Habitant en centre-ville et proche de mon lieu de stage, je me déplaçais à pied et sinon en bus ou train pour visiter les environs. Ensuite, j’ai déménagé dans le Harz où nous étions une dizaine. Contrairement à ma première coloc où nous étions deux étrangers tandis que les autres venaient d’Allemagne, ici nous venons tous d’un autre pays et les différences culturelles se vont plus ressentir – notamment pour le tri des déchets !

HYGIÈNE

Quand j’étais en France, j’avais commencé à faire quelques produits moi-même alors qu’en Allemagne, j’ai eu tendance à acheter mes produits car je restais sur une courte période et que je trouvais ça plus simple.

Pour ma lessive, j’ai choisi la marque bio et vegan Frosch. Vivant seule mais n’ayant pas quantité de vêtements, je dois donc souvent faire des machines. C’est pourquoi, je privilégie le cycle court de 30 min. Je veille bien à nettoyer les tâches avant de mettre en machine et lave à 30°. Laver à faible température réduit les dépenses énergétiques puisque l’énergie sert majoritairement à chauffer l’eau. Autre chose que j’aimerais faire quand il fera beau et que j’aurais un jardin pour étendre mon linge, c’est de laver mes sous-vêtements à la main. J’ai une garde-robe assez minimaliste et c’est finalement ce dont j’ai le plus souvent besoin puisque je les change quotidiennement !

Pour ma crème pour les mains et mon dentifrice, j’ai choisi la marque Blüte Zeit. Celle-ci est vegan, bio, fabriquée en Allemagne et certifiée Natrue (plus d’infos sur ce label ici). Je trouve la crème beaucoup moins agressive que ma précédente, celle de la marque Balea, mais j’ai l’impression de devoir en mettre plus souvent pour un même résultat. Il faut dire qu’avec le COVID-19, je me lave très souvent les mains et que celles-ci sont extrêmement sèches – à voir à l’avenir.

Pour le corps, j’ai continué avec mon savon solide mais niveau shampoing solide, je n’ai toujours pas trouvé ce qui me convenait. J’ai donc acheté un shampoing de la marque lavera également certifiée Natrue, vegan et produite en Allemagne. Il ne mousse pas mais lave tout autant, la mousse n’étant en rien un gage de propreté ! Depuis plusieurs semaines, je pratique également le low-poo, c’est-à-dire que je me lave moins régulièrement les cheveux. Au lieu de deux shampoings par semaine, je suis passée à un tous les dix jours. Au départ, j’avais l’impression d’avoir les cheveux gras très rapidement mais au fil des semaines, la sensation est passée. Je me brosse plus régulièrement les cheveux afin de mieux répartir le sebum sur mes longueurs et les hydrater naturellement.

Pour le déo, j’ai celui de la marque allemande Speick, sans sels d’aluminium et sans conservateur synthétique, vegan.

Pour le produit vaisselle et les produits d’entretien, c’est pris en charge par notre propriétaire donc je ne choisis pas mais notre liquide vaisselle est également de la marque Frosch.

Une fois que j’en aurais terminé avec mes rasoirs jetables, j’ai envie d’en acheter un réutilisable. De même, je voudrais une brosse à dent avec tête interchangeable.

ALIMENTATION

Depuis que je ne travaille plus, je me suis mise à faire beaucoup plus moi-même : pain, pâte à quiche, à pizza, à tarte flambée, gâteaux … Il y a parfois des ratés mais c’est tellement satisfaisant de manger un repas 100% fait maison ! En plus, ça occupe et en ce moment, j’ai beaucoup de temps libre.

Je suis végétarienne depuis septembre 2017 et dernièrement, je me suis mise à tester de nombreuses recettes végétaliennes. J’ai été ravie de constater que ce n’était pas si difficile de trouver les ingrédients ni de faire de bonnes recettes. Je ne pense pas devenir végétalienne tout de suite et je ne suis pas du tout pour les simili-carnés mais j’ai envie de réduire ma consommation de produits d’origine animale. J’ai commencé à boire du lait d’avoine puis j’ai continué par remplacer le beurre avec de la margarine et de l’huile végétale. La prochaine étape sera la suppression des œufs. J’ai de plus en plus de mal à en manger à la coque, sur le plat ou dur mais ça me pose moins de problème lorsque c’est dans une préparation – par exemple, les crêpes ! En attendant, j’essaie de les acheter chez un producteur local qui les élève en plein air. Je suis une grande consommatrice de miel pour accompagner mon thé et j’ai également décidé de réduire ma consommation.

Enfin, pendant les courses, je privilégie les produits locaux/régionaux et si possible d’origine bio. Ici, je m’approvisionne donc chez Marienhof.

VÊTEMENTS

J’ai fait quelques recherches sur des marques équitables et européennes sans pour autant passer de commande pour le moment car je n’ai pas vraiment besoin de vêtements.

Si vous avez des recommandations, je suis preneuse ? =)

NUMÉRIQUE

L’été dernier, j’ai dû changer de smartphone car j’étais sous windows phone et ce système d’exploitation allait être supprimé en décembre 2019 et honnêtement, niveau application cela devenait très difficile ! Au lieu d’aller dans une boutique pour m’en acheter un neuf, j’ai décidé d’en choisir un reconditionné. En plus de faire un geste écolo, ça fait des économies ! Je compte bien garder mon nouveau téléphone de nombreuses années.

De même, mon cher PC qui m’a accompagné depuis 2011 a rendu l’âme et avec mon copain, nous avons décidé d’en acheter un ensemble. Nous avons quitté windows pour chrome (système d’exploitation appartenant à Google) et après coup, je regrette un peu ce choix. A l’avenir, j’aimerais me détacher des GAFAM et me tourner vers des alternatives plus respectueuses de l’environnement et des données personnelles.

Quant on commence à s’intéresser à l’écologie et au numérique, on se rend vite compte que les deux sont loin d’être compatibles. La pollution numérique est moins visible que la pollution terrestre et maritime mais elle n’en reste pas moins nuisible. C’est un vaste sujet auquel je commence à m’intéresser et j’ai beaucoup de chemin à parcourir. Certes je ne laisse pas mes appareils en veille et supprime mes mails pour éviter qu’ils soient stocker inutilement mais je suis encore loin d’avoir une utilisation écologique du numérique.

Comme le respect de ma vie privée et l’environnement sont deux valeurs très importantes pour moi, j’ai décidé d’installer Qwant (respect de la vie privée) et écogine (il existe également écosia, oceanhero et lilo) comme moteurs de recherche sur mon téléphone et mon ordi. Pour ma boîte mail, j’avais fait quelques recherches et trouvé que Posteo était une bonne alternative (lien ici) mais je ne me suis pas encore inscrite. Certaines habitudes restent difficiles à changer !

TRANSPORT

Je n’ai pas de voiture donc je me déplace quelques fois en transport en commun mais majoritairement à pied. Je regrette de ne pas avoir un vélo car je pourrais couvrir de plus longues distances. Comme je devais rester l’hiver, je ne pensais pas que ce sera utile d’en acheter un d’occasion – comme l’ont fait certains de mes colocs qui restent un an. Récemment, j’ai trouvé un loueur de vélos dans le village voisin et j’en ai loué pour une excursion à la journée.

Je suis vraiment heureuse d’être dans cette région allemande car il y a de superbes balades à faire dans les environs et de très joli-e-s villes et villages à découvrir. J’ai d’ailleurs écrit un article sur le sujet (lien ici).

Comme je l’ai dit dans un précédent article – voyager en avion – je ne souhaite plus prendre l’avion en Europe et cela fait maintenant un an que je n’ai pas utilisé ce mode de transport. Au vu de l’urgence, j’ai failli rentrer en avion fin mars mais ce dernier a finalement été annulé. A l’heure actuelle, l’avion semble toujours la seule option pour rentrer en France. Flixbus nous a donné un faux espoir en nous permettant de réserver des billets alors que les compagnies de bus n’ont pas encore l’autorisation du Gouvernement de circuler. On va peut être finir par rentrer à pied !

Et vous, avez-vous eu envie de vous tourner vers un autre mode de consommation ? N’hésitez pas à partager en commentaire votre expérience et vos recommandations =).

– Cet article n’est sponsorisé par aucune marque –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :